Last post

jeudi 20 septembre 2012

Quand Helene Masanelli me follow, je dit YEAH et Twelcome !

Tu connais @HeleneTweets ? c'est cette femme extra qui bosse pour Sony Music France et en dehors de ça bah elle est juste géniale ! Mais je ne t'en dis pas plus .... #FF Hélène et tu verras.





Qui étais tu avant les réseaux sociaux ? Et depuis les RS ?
 

Je travaille dans la musique,  une industrie qui a été profondément bouleversée par internet. Avant les réseaux sociaux et ce qu'on nomme communément le "web 2.0" j'ai longtemps été chef de produit pour différents artistes français et internationaux. Au milieu des années 2000, alors que je travaillais sur le fond de catalogue Sony Music, nous nous sommes rendus compte que celui-ci était très mal répertorié sur iTunes et les autres plateformes de téléchargement légales : beaucoup d'albums introuvables, des métadatas mal renseignées, des incohérences de prix, etc. Rendre cette offre plus large et plus cohérente a été ma première mission digitale. De fil en aiguille, j'ai monté des campagnes marketing web, ouvert une page Facebook pour un label, lancé un site, bref je suis tombée dans le web !
Aujourd'hui, je suis responsable du marketing digital chez Sony Music. Je gère les outils web (notre site , notre présence sur les réseaux sociaux, les RP online, etc.) et j'accompagne les équipes marketing dans la réflexion sur les stratégies de développement des artistes. Les réseaux sociaux font donc partie de mon quotidien professionnel.
 

En quelques mots, la première année sur Twitter c'est comment ?
 
Un monde assez obscur, au début. On s'inscrit, on suit des comptes un peu au hasard : les gens qu'on connaît déjà dans la vraie vie, des personnalités qu'on aime, des médias. Puis on suit les gens que suivent ces gens, souvent en se basant sur le nombre de followers ce qui - on s'en rendra compte plus tard - n'est évidemment pas un bon critère. On ne comprend qu'à moitié les TT, les RT, les #FF, les hashtags. Pour ma part, je crois que j'ai du passer les six premiers mois à observer sans tweeter. Enfin on se jette à l'eau, mais personne ne répond et on se sent seul !
Et puis petit à petit, on commence à dialoguer avec d'autres twittos, à plaisanter. On maîtrise mieux les codes du réseau et on ajuste. On galère moins avec les 140 caractères, on trouve un client Twitter adapté à ses besoins (Tweetdeck mon amour), on revoit sa liste d'abonnements selon de nouveaux critères, bref on obtient son 1er flocon.

 Comment utilises tu twitter pro et perso ?


Professionnellement, j'utilise Twitter pour communiquer sur l'actualité de nos artistes. Sur le compte @SonyMusicFr on s'efforce au maximum de répondre aux questions qui nous sont posées.
C'est aussi un bon outil de veille, notamment pour écouter les conversations autour des artistes, mesurer le "buzz" avant la sortie d'un album, pendant un concert et mieux connaître une communauté de fans.

A titre personnel, Twitter me sert évidemment pour m'informer sur des sujets qui m'intéressent mais surtout je trouve que c'est un moyen formidable de rencontrer des gens, ce qui n'est pas du tout le cas de Facebook, je trouve. Les rencontres IRL avec des twittos ont toujours été de très bonnes surprises.
 

As-tu quatre followers à nous conseiller ?
 
Choix cornélien (pardon aux 864 autres, je vous aime aussi) : (nous aussi on t'aime !)


@Co_SwEuphoria : des trésors pour les passionnés de rock, de ciné, de photo ou de littérature. 


@julnour alias Juliette, l'une des artistes avec qui j'ai eu la chance de travailler, parce qu'elle est sur Twitter comme à la scène : drôle, truculente, pertinente et impertinente.

@sandrine et toute l'équipe extrêmement sympathique de @wearesocialfr (@GuillaumeLalu, @CamilleJ & co) pour leur indispensable revue du lundi des médias sociaux.

@laure_MTM qui tient la chronique musique digitale sur @Frenchweb et qui a lancé la plateforme My Tour Manager pour mettre en relation artistes et organisateurs d'événements.


Les blogs que tu aimes lire :


Heaven Can Wait : Catnatt écrit sans fard, des mots parfois très personnels, toujours justes et forts.


Narominded : média et inspiration, belle sensibilité photographique et jolie plume.


Cyroul  : je n'ai pas trouvé mieux pour démystifier les réseaux sociaux et le digital.


Le piège à filles  : parce que c'est tellement mieux écrit et tellement moins cul-cul qu'un blog de fille.
 

Zdar.net : le blog de Benoît Darcy, un vrai passionné de musique qui partage également une mine d'infos sur le digital dans ses "liens du soir" chaudement recommandés.

Comment se passe la com digitale des artistes et plus particulièrement l’e-réputation sur Twitter ?
 
 Aujourd'hui, Twitter est en passe de devenir un canal de communication incontournable pour les artistes, au même titre que Facebook (ou MySpace il y a quelques années). Tous les artistes y viennent, quel que soit leur style musical ou leur notoriété. En France, Johnny Hallyday est l'un des derniers à avoir ouvert son compte. Aux Etats-Unis, il est désormais courant que les stars de la musique dévoilent le titre ou le visuel de leur nouvel album sur Twitter.

Sur la manière de gérer sa com digitale, il n'y a pas de règle établie. Cela dépend de la personnalité et des envies de chacun. Certains sont davantage dans l'information et gardent une certaine distance tandis que d'autres n'hésitent pas à dialoguer directement avec leurs fans et à partager des informations plus personnelles.

L'exercice n'est pas toujours aisé car la frontière entre pro et perso est très mince. C'est d'ailleurs certainement ce que les fans recherchent à travers les réseaux sociaux : avoir l'impression de pénétrer dans l'intimité de l'artiste, partager un petit morceau de sa vie.

Même si c'est un formidable outil de communication, on n'oblige jamais un artiste à s'inscrire sur Twitter. Au contraire, si l'on juge que l'artiste n'aura pas le temps ou l'implication nécessaire pour faire vivre son compte correctement dans la durée ou si l'artiste a un tempérament un peu trop impulsif, on déconseille l'utilisation de Twitter.

 Et si tes DM devenaient visibles ?

 
 

Chut, ce sont des secrets ;-)
 

Fomo ou pas ? (fomo = fear of missing out)
 

Pas vraiment, non. Même si je fais partie des gens "ultra-connectés", je refuse de devenir dépendante d'un objet ou d'une technologie. Je pense qu'il est vital de savoir se déconnecter régulièrement et de regarder ce qui se passe autour de soi avant de coller son nez à 2 cm de son smartphone :-)


Les liens d'Hélène :



Bibliothèques Sans Frontières est une ONG qui œuvre pour l'éducation, l'accès à l'information et la culture dans les pays du Sud, la promotion du patrimoine et des savoirs locaux et la réduction de la fracture numérique. Chacun peut apporter son aide notamment en donnant des livres.




Collection de pochettes de disques avec des chats dessus. Suggestions d'ajouts bienvenues :)
Compagnon du génial The Kitten Covers
 

Et moi j'adore l'ITW d'Hélène sur FB === > l'interview de E Marketing

0 commentaires:

Publier un commentaire